wave5 training header

La formation des chauffeurs : la clé de l’efficacité !

Publié le 29 septembre 2022 - 5 min de lecture

La formation professionnelle représente un enjeu stratégique pour les patrons de flottes. Pourquoi est-il si important de former régulièrement ses chauffeurs pour gagner en efficacité ? Quelles formations - au-delà des obligations légales - leur proposer et quand ?
Nous sommes allés dans le Sud-Ouest de la France rencontrer Patrick Ambal, responsable d’exploitation et Alexandre Frouillou, chauffeur routier.
Ils travaillent tous les deux chez le transporteur Tout pour le fruit, installé dans l’enceinte du MIN - Marché de gros - de Montauban. L’entreprise, créée en 1987 par Pierre Bournet, compte aujourd’hui 40 collaborateurs, dont une majorité de conducteurs routiers.

Écouter le podcast :

wave5 training portraits

Patrick Ambal, responsable d’exploitation chez Tout pour le fruit et Alexandre Frouillou, chauffeur chez Tout pour le fruit

« Je m’appelle Patrick Ambal, j’ai 57 ans. Je suis arrivé un peu par hasard dans le transport via les travaux publics. Après une carrière militaire dans le génie dans l’armée de terre jusqu’en 2000, j’ai travaillé une quinzaine d’années à mon compte dans le terrassement par aspiration. J’employais alors 3 ouvriers.

En 2016, j’ai rejoint l’entreprise Tout pour le fruit comme chauffeur longue distance sur du national. »


En mars 2021, Patrick devient responsable d’exploitation pour les 3 sites de l’entreprise. « Je coordonne 34 chauffeurs au total. Notre flotte est composée de 10 porteurs, 15 tracteurs et une vingtaine de remorques » détaille Patrick.

« Plus le chauffeur est formé, plus il est serein dans l’exercice de son travail, et plus il l'apprécie. Les connaissances éliminent les angoisses et les stress possibles. »

Patrick Ambal, responsable d’exploitation, Tout pour le fruit


wave5 training img2

Lorsqu’on l’interroge sur l’importance des formations, le chef d’exploitation répond sans hésitation : « Plus un chauffeur est formé, plus il est serein dans l’exercice de son travail et plus il l’apprécie. Les connaissances éliminent les angoisses et le stress possibles. La théorie, couplée avec la pratique, permet de trouver plus rapidement la solution face à un problème. »

Pour Patrick, la priorité pour un chauffeur est de se concentrer sur la conduite, sans être pollué par des éventuels problèmes techniques. Ayant été chauffeur, il parle en connaissance de cause car il connaît leur quotidien. “J’ai roulé avec les chauffeurs, c’était mon métier. Je connais très bien leur quotidien.”

Lorsque Michelin lui propose un petit module de formation pour mieux contrôler ses pneus, il est partant !

Il y a trois ans, en juillet 2019, l’ensemble des chauffeurs de chez Tout pour le fruit ont suivi, tour à tour, la formation pneus Michelin d’une demi-journée.

“Ce n’est pas courant de faire suivre des formations non obligatoires à ses chauffeurs” commente Edouard Fadel, formateur clients BtoB chez Michelin, qui a réalisé la formation chez Tout pour le fruit. “Pierre Bournet, le patron de l’entreprise, avait constaté que les chauffeurs ne faisaient pas forcément le tour du véhicule. Il souhaitait les responsabiliser sur l’entretien du camion qu’ils conduisent, notamment sur les pneumatiques. Cela évite de perdre du temps avec une panne sur le parcours de livraison.”

Alexandre Frouillou, 31 ans, chauffeur routier chez le transporteur depuis avril 2017 se souvient.

“J’ai énormément appris durant cette formation. Cela m’a aussi permis de me rafraîchir la mémoire sur des notions pratiques que l’on m’avait enseignées durant ma première vie de mécanicien.”

wave 5 edouard fadel

Edouard Fadel, formateur BtoB chez Michelin

Depuis la formation, Alexandre a été nommé responsable pneu du site de Montauban par Patrick.

“En qualité de responsable pneumatique, je m’occupe des stocks de pneus. Je les vérifie tous les 15 jours. Lorsqu’un chauffeur a besoin d’un conseil, je donne un premier avis si mes connaissances me permettent de lui répondre. Et, lorsque c’est nécessaire, je me fais accompagner par l’expert pneu du garage,” explique Alexandre.

“Alex est un chauffeur consciencieux, fou de mécanique. Patrick décrit Alex comme un chauffeur consciencieux et fou de mécanique. Il a soif d’apprendre, envie de se former. C’est très appréciable. Il faut avoir la passion pour faire ce métier” soutient Patrick.

L’ex-conducteur routier confie que certains chauffeurs sont vraiment pro actifs et motivé pour faire des formations. D’autres estiment que les formations ne sont pas utiles voire une perte une de temps. Il termine en précisant que cela n’a rien à voir avec l’âge ou l’expérience du chauffeur. “Certains chauffeurs sont vraiment pro-actifs, motivés, et d’autres estiment que les formations ne sont pas utiles voire une perte de temps. Cela n’a d’ailleurs rien à voir avec l’âge ou l’expérience du chauffeur.”

« Je n’avais pas forcément demandé une formation spécifique, mais si on me le propose, je suis toujours partant. J'aime apprendre régulièrement de nouvelles choses. »

Alexandre Frouillou, chauffeur routier, Tout pour le fruit

“Je ne vais pas forcément demander une formation spécifique, mais si on me la propose, je suis toujours partant. J’aime apprendre régulièrement de nouvelles choses” lance Alexandre qui vient d’ailleurs de suivre sa deuxième formation continue obligatoire en février dernier.

Cette formation, comme son nom l’indique, est obligatoire. Elle doit être suivie tous les 5 ans, par tous les chauffeurs routiers français en activité.

Elle dure 35 heures et peut être réalisée en 5 jours consécutifs ou fractionnée en 3 jours plus deux jours.

Objectif : permettre aux chauffeurs routiers de mettre à jour leurs connaissances pour tous les véhicules de transport de marchandises de plus de 3,5 tonnes.


“Je trouve les formations sur les camions intéressantes. Avec les véhicules actuels bourrés d’électroniques et de technologies, si on ne nous explique pas, on ne peut pas savoir instinctivement comment cela fonctionne. On a besoin d’un minimum d’accompagnement pour une meilleure prise en main. Même si cela prend un peu de temps sur le coup, cela nous en fait gagner ensuite” signale le jeune chauffeur routier.

Patrick acquiesce : “je vais mettre rapidement en place une formation sur comment manipuler les nouveaux tachygraphes numériques. C’est une source de stress pour de nombreux chauffeurs et je veux vraiment l’éviter à mes équipes.”

Pour rappel, depuis 2006, le tachygraphe numérique ou tachy a remplacé en Europe, l’appareil à disque papier dans les véhicules de plus de 3,5 T. Sa fonction principale est d’enregistrer les données du conducteur. Il s’agit, en d’autres termes, d’un journal de bord du chauffeur.

Les cartes tachygraphiques sont utilisées par un million d'entreprises de transport et plus de six millions de chauffeurs professionnels​ dans toute l’Europe(2).

wave5 training img3

Outre les formations, Patrick rappelle l’importance du parrainage au sein de l’entreprise pour accompagner les nouveaux chauffeurs..

“Le parrainage est primordial. Il consiste vraiment à guider le nouvel embauché - qu’il soit en intérim ou en CDI. Cela fait partie du dispositif de formation. Grâce au parrain qui transmet ses connaissances, on gagne en efficacité ensuite. J’ai mis en place des parrainages par même secteur : régional ou national. Ils durent entre 2 et 3 mois maximum. Pour être honnête, certains percutent vite, d’autres moins…”, tient à souligner Patrick.

Enfin une dernière question, mais pas des moindres : quand peut-on organiser les formations pour ne pas trop perturber le travail des chauffeurs ?

Patrick répond : “comme souvent dans notre métier, tout est une question d’anticipation. Si vous prévoyez à l’avance, cela ne perturbera pas trop le flux de travail. Mais, clairement, les formations courtes d’une journée voire une demi-journée sont les plus adaptées et appréciées dans nos métiers !”.

quotation right white

DES IDÉES À SUIVRE

1 - Interrogez régulièrement vos chauffeurs sur les problèmes qu'ils rencontrent au travail afin de leur proposer une formation adaptée. Comme Alexandre, ils seront intéressés si vous leur faites des suggestions.

2 - N’hésitez pas à demander de courtes formations à vos fournisseurs d’équipements. Ils sont là pour vous écouter et vous aider à mieux utiliser leurs produits et services.

3 - Envisagez de recourir au parrainage pour mieux intégrer vos nouveaux chauffeurs. C’est une formidable ressource de formation interne et un excellent stimulant de la productivité !

Source

(1) Étude du cabinet britannique Transport Intelligence (TI) publiée en 2021
(2) https://www.thalesgroup.com/fr

Entretien avec Patrick Ambal du 4 avril 2022.
Entretien avec Alexandre Frouillou du 5 Avril 2022.

Rejoignez la communauté!

En fournissant mon adresse e-mail et en cliquant sur « Vous abonner », j'accepte de recevoir des e-mails marketing de la part de Michelin.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Pour en savoir plus sur la manière dont Michelin traite vos données personnelles et exercer vos droits, cliquez ici.

Les champs marqués d’un * sont obligatoires, à défaut nous ne pourrons pas traiter votre demande.

_ *
Vous êtes...
  • Un professionnel du transport
  • Un revendeur de pneus
  • Autre
Nombre de véhicules *
  • 1-10
  • 11-20
  • 21-50
  • 51+
  • Je ne possède pas de véhicule poids lourd

Vous utilisez un navigateur Web obsolète.

Vous utilisez un navigateur qui n'est pas pris en charge par ce site web. Cela signifie que certaines fonctionnalités peuvent ne pas fonctionner comme prévu ou entraîner des comportements étranges lors de la navigation.

Utilisez ou mettez à jour/installez l'un des navigateurs suivants pour profiter pleinement de ce site !

Firefox 78+
Edge 18+
Chrome 72+
Safari 12+
Opera 71+